GRATUIT! SÉRIE D'ATELIERS OPPOSITION DU 13 AU 22 JANVIER 2023. INSCRIVEZ-VOUS!

Ma première vente de garage!

Impliquer les enfants lors de votre vente débarras annuelle!

Admettons-le, non enfants ont bien trop de jouets! Entre la montagne de cadeaux reçus à Noël, l’avalanche de leur anniversaire, le petit gugusse acheté pour pâques et la voiture télécommandée qu’on a fini par acheter une fois lassé d’entendre Justin insister, la salle de jeu déborde de bébelles dont ils ne se servent à peu près jamais.   Pourquoi ne se servent-ils pas de toutes ces merveilles? Premièrement parce qu’ils n’ont pas le temps! Leurs parents G.O. veillent à bien remplir l’horaire de façon à ce qu’ils ne s’ennuient pas…

Deuxièmement, ils ne jouent plus avec leurs jeux parce qu’ils ne les voient pas! La salle de jeu a souvent l’air d’une caverne d’Ali Baba aux murs recouverts d’étagères débordantes de matériel hétéroclite et coloré dans lequel les jeux et jouets intéressants et en bon état se perdent. L’enfant ne voit plus que des murs colorés et des objets entassés. Il y a simplement trop de stimulation visuelle…

Rien de mieux, alors qu’un bon ménage et, pourquoi pas, une vente de garage au cour de laquelle vous pourrez faire une pierre deux coups : Aérer la salle de jeu et inculquer à Mathieu et Clara les notions fondamentales du commerce!

Comment se préparer?

Attention, il ne serait pas une bonne idée de faire le tri et la vente de ses jouets à la cachette! L’enfant risquerait de développer de la méfiance envers l’adulte et  d’avoir ensuite la crainte de perdre ses choses. Et quelle crise risqueriez-vous d’avoir s’il découvre ce que vous avez manigancé derrière son dos! Même si l’entreprise risque de s’avérer beaucoup plus laborieuse, il vaut toujours mieux impliquer les enfants lorsque vient le temps de se départir d’objets qui leurs sont chers. Voici donc quelques conseils afin de faire de cet événement une activité agréable et remplie d’enseignements pour vos cocos.

  • Préparer le terrain à l’avance. Commencer à préparer les enfants au moins une semaine ou deux à l’avance afin qu’ils se fassent à l’idée et commencent à se demander ce dont ils accepteraient de se départir. Vous pourriez installer un bac dans la salle de jeu où les enfants déposeront les jouets dont ils se servent rarement.
  • Se fixer un objectif : Idéalement voir avec l’enfant quelque chose qu’il aimerait beaucoup avoir et évaluer de combien d’argent il aurait besoin pour l’obtenir. Lui présenter l’activité comme une bonne façon de gagner de l’argent.
  • Faire l’inventaire : Choisir avec lui ce qu’il veut vendre et mettre à la corbeille tout ce qui est abîmé.  Fixer ensuite les prix. Les plus vieux peuvent aller fouiller sur le net pour déterminer la valeur de ce qu’ils veulent vendre. Vaut mieux déterminer des prix « ronds » (25¢, 1$, 2$) afin de faciliter le calcul. Pour cette opération on doit aussi prévoir suffisamment de temps,  (au moins ½ journée), car si on bouscule l’enfant, il  risque de refuser de collaborer.
  • Préparer des étiquette de prix (Attention : C’est l’enfant qui travaille!)
  • Fabriquer une affiche colorée…
  • On s’amuse : Lui présenter la vente débarras comme une activité où il pourra s’amuser à « jouer au magasin » On peut aussi se préparer en jouant à la maison et faire semblant qu’on fait une vente de garage. Jouer avec lui vous permettra par ailleurs de pratiquer quelques notions de vente et de service à la clientèle : comment accueillir le client, sourire, quoi lui dire, comment compter plusieurs items, etc.
  • À deux c’est mieux : Pourquoi ne pas inviter le petit voisin à se joindre à vous? Plus de jouets attireront davantage les chercheurs d’aubaines et la journée risque d’être moins ennuyante pour Christophe.
  • Être clair concernant vos attentes : Combien de temps durera la vente de garage? Quelle implication attendez-vous de lui? Devra-t-il participer à l’installation et au ramassage? Que se passera-t-il à la fin de la journée avec les objets qui n’ont pas été vendus? Plus les attentes seront claires au départ, moins vous risquez de devoir intervenir et rouspéter le jour de la vente.

Le jour « J »

  • Préparer  à l’enfant une table à lui tout seul où il pourra exposer son bazard. Par mesure de sécurité, s’il a moins de 5 ans, attention à me pas mettre sa table trop près de la route.  Préparer une petite caisse où il met SON argent, une calculatrice et des « ravitaillements » (croustilles, eau, etc.)
  • Pourquoi ne pas l’encourager aussi à vendre de la limonade ou des biscuits faits maison???
  • L’accompagner dans ses ventes mais, pour que ce soit amusant, papa et maman devront résister à la tentation de tout faire pour lui et plutôt lui laisser toute l’autonomie que son âge permet : Dire le prix, prendre et remettre l’argent, compter s’il en est capable, etc.
  • Après la journée, l’aider à faire le calcul de ses recettes et à déterminer ce qu’il va faire de sa « fortune »… Épargner? S’acheter de nouveaux jouets? Faire une activité?
  • Finalement, tenir compte de l’âge de l’enfant quant à la durée de l’activité. Les petits de moins de 5 ans ne tiendront pas plus d’une demi-journée, alors que pour les plus vieux, une journée entière pourrait être envisageable, si elle est parsemée de petites pauses où l’enfant pourra se dégourdir un peu. On devra toutefois peut-être insister un peu afin qu’il reprenne ensuite le « boulot ».
  • Attention à ne pas tomber dans le piège de laisser l’enfant aller jouer et poursuivre les ventes à sa place pour qu’ensuite il récolte les bénéfices. L’objectif de lui enseigner la valeur de l’argent viendrait alors de tomber à l’eau.